Mission

tribal

Le RCAAQ milite pour les droits et intérêts des citoyens autochtones dans les villes et soutient activement le développement des Centres d’amitié autochtones qui rassemblent en milieu urbain les Autochtones, leur offrent des services pertinents et contribuent à l’harmonie entre les peuples en valorisant les cultures autochtones.

Valeurs

tribal
  • Intégrité

    L’intégrité c’est de s’assurer d’être à l’affût de toute information pertinente pour agir de façon éclairée et rigoureuse afin de poser des actions réfléchies et cohérentes en liens avec nos valeurs et nos cultures.

  • Équité

    L’équité est la capacité d’agir de façon juste et impartiale afin de répondre adéquatement aux besoins du Mouvement.

  • Engagement

    L’engagement se traduit par une conviction et une implication à la réalisation de la mission.

  • Solidarité

    La solidarité se manifeste par la primauté des intérêts collectifs sur les intérêts individuels dans une approche de collaboration, d’entraide et d’amitié pour le développement du Mouvement.

  • Respect

    Le respect s’exprime par une attitude empathique dans une relation professionnelle et transparente.

  • Fierté

    La fierté consiste à afficher positivement l’appartenance au Mouvement et en véhiculer une image digne et valorisante.

Le Regroupement des centres d’amitié autochtones du Québec représente
11 Centres d’amitié autochtones.

Historique

Les Centres d’amitié autochtones sont des carrefours de services urbains, un milieu de vie et un ancrage culturel pour les Autochtones. Militant pour les droits et défendant les intérêts des Autochtones, les Centres d’amitié autochtones travaillent quotidiennement à favoriser une meilleure compréhension des enjeux, défis et problématiques des Autochtones citadins tout en favorisant la cohabitation harmonieuse dans leur milieu.

Le Mouvement des Centres d’amitié autochtones est établi au Québec depuis près de 50 ans. Suite à l’ouverture du premier Centre d’amitié à Chibougamau en 1969, plusieurs Centres d’amitié ont vu le jour au cours des années 1970 au sein de villes qui étaient déjà des carrefours de rencontre pour les citoyens autochtones qui y convergeaient pour avoir accès à des services et s’y installaient de façon permanente.

En 1976, le Regroupement des centres d’amitié autochtones du Québec a été fondé pour et par les Autochtones urbains qui désiraient se doter d’une structure provinciale de concertation, de coordination et de représentation.

Le Mouvement des Centres d’amitié au Québec a connu une deuxième phase de développement au cours des années 2000 et début 2010. Ces différentes mobilisations locales ont démontré le besoin d’avoir un lieu d’appartenance et d’expression pour les cultures autochtones ainsi que l’accès à des services culturellement pertinents et sécurisants.

Au cours de l’année 2015, le RCAAQ a été interpellé par de nouvelles mobilisations locales dans les villes de Maniwaki et Roberval afin de soutenir l’émergence de Centres d’amitié autochtones. Ces deux villes sont caractérisées par une population autochtone importante et des besoins grandissants. Ces mobilisations ont été  appuyées par les communautés Premières Nations avoisinantes, soient Kitigan Zibi et le Conseil Tribal de la Nation Algonquine Anishnabeg pour la ville de Maniwaki et les communautés de Mashteuiatsh et Obedjiwan pour la ville de Roberval.

En 2018, en raison d’une évolution des besoins de la population autochtone vivant à Trois-Rivières, le Point de services, qui était une antenne liée au Centre d’amitié autochtone de La Tuque, devient un Centre d’amitié autochtone. Le Centre d’amitié autochtone de Trois-Rivières rejoint ainsi le RCAAQ à titre de centre affilié.

Durant cette même année, un nouveau centre de services se joint au RCAAQ. En effet, le Centre multi-services MAMUK, situé sur l’arrondissement Charlesbourg à Québec et associé à la Maison communautaire Missinak, est devenu un membre affilié au RCAAQ.

En 2018, le RCAAQ compte 11 Centres d’amitié autochtones qui y sont affiliés.

Au Québec, le Mouvement des Centres d’amitié autochtones compte plus de 150 employés, dont une majorité d’Autochtones et de femmes. Les Centres d’amitié mobilisent plus d’une centaine de bénévoles et desservent des milliers de personnes issues des Premiers Peuples.

ligne du temps des centres
?>

Les Centres d’amitié autochtones au Canada

Le Mouvement des Centres d’amitié autochtones est implanté au Canada depuis plus de 60 ans. Composé de 119 Centres d’amitié autochtones, de 6 associations provinciales et territoriales et d’une Association nationale des centres d’amitié (ANCA), il s’agit de la plus grande infrastructure de services pour les Autochtones dans les villes au Canada.Les Centres d’amitié autochtones partagent une mission commune, c’est-à-dire l’amélioration de la qualité de vie des citoyens autochtones vivant ou transitant en milieu urbain. Ce sont des centres multiservices situés en milieu urbain qui s’adressent à une clientèle autochtone, soit aux membres des Premières Nations, aux Métis et aux Inuit, tout en privilégiant une politique « portes ouvertes », sans égard au statut, à la nation d’appartenance ou au lieu de résidence.

Nous sommes des organisations communautaires autochtones et démocratiques qui œuvrent dans un esprit de complémentarité avec les communautés de Premières Nations ainsi que les partenaires de leurs milieux.La force de notre Mouvement repose sur nos instances démocratiques qui permettent à tous les citoyens autochtones d’exprimer leurs aspirations, de participer au processus de prise de décisions pour la réalisation des objectifs en siégeant sur nos conseils d’administration et en participant aux assemblées générales annuelles ainsi que de prendre en compte leur expérience comme usagers des services afin de les améliorer pour qu’ils répondent à leurs besoins. Nos structures de gestion et de gouvernance sont orientées vers les citoyens autochtones.